Requête de mise sous garde pour évaluation psychiatrique. (Art. 30 C.c.Q et 778 C.p.c.)


Un juge qui connaît la loi et ne l’applique pas.

Violations des droits fondamentaux de la personne.

Dénie de justice.

Discrimination des malades mentaux.

Discrimination religieuse.

Jugement par contumace.

Manquements déontologiques.

Collusions criminelles.

Parjures.

Conséquences mortelles.

Salle-de-court

NouveauNouveau: Financement participatif

Si vous avez des questions : Serge-Carmel Bourget (450) 372-4272 ou serge.bourget@icloud.com

Note: Chaque document ajouté au volet «Crimes de la psychiatrie» porte un numéro et un titre l’identifiant de façon unique.

Audio-vidéode l’audition, avec commentaires,  en fin de document.

Je suis Serge-Carmel Bourget

Je ne sais si je vous ai déjà écrit ou non. Ni de quel aspect de ma cause je vous ai demandé ou non de vous occuper. Encore moins si vous y avez donné suite ou non. La raison en est bien simple, à chaque pas que je fais, une nouvelle tuile me tombe sur la Tête, ce qui me distrait et ,e fait parfois perdre le fil.

logo_conseil_magistratureComme cette fin de semaine où j’ai porté plainte au conseil de la magistrature. Ma connexion Internet a flanché. Curieusement, BELL n’en a pas identifié la cause.

Ce qui a retardé mes traitements vidéo de plus de 24 heures, sans compter les appels que j’ai du faire pour essayer d’identifier la source du problème avec un spécialiste localisé en Tunésie.

C’est votre modem qui fait défaut. Nous vous en envoyons un nouveau d’ici 48 à 72 heures.Bell

Voyez-vous, je n’y croyais pas. Je ne suis pas un amateur. Le «hardware réseau» ça n’est pas ma spécialité, mais la logique oui.

Alors j’ai fait quelques tests de mon cru et réussi à rétablir une bonne connexion par moi-même. C’est au travers de Bell que mes ordis ont été piratés et, mon fils y est cadre spécialisé en sécurité réseau pour les banques et le gouvernement.

Comprenez-vous pourquoi, quand les techniciens de l’assistance tecnique de Bell me disent que c’est telle ou telle raison qui provoque tel ou tel problème: je doute?

Je ne puis tout dévoiler en une seule fois. Mais, réfléchissez-y. Plainte magistrature dans une cause où un cadre de Bell est impliqué, nuisance à mes efforts de procéder. Quand ça arrive une, deux ou trois fois: il est trop tôt pour conclure. Quand ça fait plus de dis fois. C’est autre chose. le principe de prépondérance de probabilité s’applique ici, comme en matière de preuve au criminel.

ClavierDonc, il me faut souvent recommencer à partir d’un nouveau point de vue.

Je perds rarement le travail que j’étais en train de faire au moment ou un événement quelconque me fait bifurquer, mais il arrive, en général, que je doive adapter ce que je venais de développer comme approche pour le marier à la nouvelle situation.

C’est donc pour cela que je dis qu’en réalité, cela m’importe peu, car je sais que je n’obtiendrai résultats qu’en multipliant la diffusion et la quantité d’information sur ma cause, distribuée aux personnes comme aux organismes. Je ne puis me permettre la patience à mon âge.

Vous serez avec moi ou indifférents. Mon histoire est simple, bien que les détails en soient compliqués.

Je simplifie. Je me bats contre le ministère de la Santé et de la Justice, pour les personnes âgées, les enfants abusés, contre l’intimidation, les discriminations de toutes sortes, le racisme, la surmédication de nos enfants (les femmes représentent 30% des consommatrices de psychotropes) contre les plus grandes entreprises québécoises, et les pharmaceutiques internationales, comme toute personne ou organisme violant mes droits fondamentaux.

BlogDepuis que je blogue, la vérité sur l’inceste, les violations des droits de toute sortes les piratages internet; puis quand j’ai commencé à écrire sur la schizophrénie, puis l’islam, les politiques canadiennes et québécoises, dénonce et exige mes droits, je suis soumis à des pressions qui dépassent l’entendement.

J’ai besoin de support financier. Alors, lisez ou ne lisez pas ceci; c’est votre affaire. La mienne relève de l’obligation de résultats et de transparence.

Mon approche est omnidirectionnelle, panoptique et libertaire.

ClaimSi je vous êtes de ceux à qui je réclame, justice ou dédommagements, agissez en conséquence.

Si je ne fais qu’ajouter à un dossier déjà ouvert, soyez responsable et faites-le progresser.

Si vous prenez conscience de ma cause pour la première fois, prenez le temps de lire.

Qui que vous soyez, je répondrai à toutes vos questions. (Infos contact en fin de document)

Voici donc un document vidéo montrant à quel point les droits fondamentaux des handicapés sont bafoués par les ministères de la Santé et de la Justice.

Il s’agit d’une procédure des milliers de fois répétés chaque année, a Québec, et partout dans le monde. Mais ici, les violations des droits fondamentaux dépassent tout ce que vous pouvez imaginer.

10-minutesAlors que l’on accorde 10 minutes à mon fils pour proférer allégations, ouï-dire, mensonges, faux témoignages et parjures. Sans que l’on prenne la peine de simplement me téléphoner, moi qui suis à quelquprison_250x166es minutes du palais d’injustices de Granby, ville des animaux-mains rares (comme aimait à le dire Gilles Proux). Moi qui ai toujours coopéré donc, aux soins hospitalisations et thérapies que l’on m’a proposées, on ne me respecte pas assez pour considérer important de me faire entendre.

C’est d’ailleurs courant que de demander au juge d’outrepasser toutes les balises de protection de droits fondamentaux de la personne que l’on veut faire enfermer.

NouveauNouveau: Financement participatif

Si vous avez des questions : Serge-Carmel Bourget (450) 372-4272 ou serge.bourget@icloud.com

Ça n’a pas d’importance. Les personnes ayant déjà reçu des soins en santé mentale, sont considérées comme des portions négligeables d’êtres humains. Même pas des demi-femmes ou demi-hommes, mais des 0% humains.

preuve_par_image_blancLe juge Lafrenière a considéré comme «preuves» et «démonstrations» des fabulations de paranoïaques. Je demande la destitution de cet homme qui oeuvre dans le mauvais ministère. Il devrait exercer son art de psychothérapeute mielleux ailleurs qu’en cour supérieure.

À moi, après m’avoir eu fait conduire en psychiatrie par les avocats-policiers-juges de la force constabulaire municipale et les bons samaritains ambulancier, et finalement convoqué en cour; on ne donnera que 8 minutes 2 secondes pour répondre à une cinquantaine d’allégations (dans la forme écrite de la requête) dont une dizaine sont des parjures;

13-secondesL’interminable plaidoyer de 13 secondes de l’avocate de l’aide juridique qui s’est, comme par hasard, offerte pour soi-disant me défendre; aura convaincu le juge à autoriser la Dre Huppé et son équipe à me lobotomies, chimiquement, en violant tous mes droits les plus fondamentaux.

Faites entrer l’autre famille…

Mon fils prête serment. Il ose affirmer qu’il ne dira que la vérité et commence à expliquer au juge que mes comportements l’inquiètent et que je représente donc un danger pour moi-même et pour les autres. Surtout pour lui.

Le juge Lalafrenière lui demande si sa mère est vivante.

BromontCe à quoi il répond en précisant qu’elle habite dans la même ville que lui. Ajoutant qu’elle est «un peu» touchée par «ÇA»

Ce «ÇA» est un élément de vocabulaire commun aux juristes, et intervenants du domaine de la santé; faisant preuve, non seulement d’un manque total d’articulation intellectuelle, mais d’appartenance à une même secteur professionnel.

Il dit: «Pour le moment, ON ne l’a pas impliqué plus que ça, non.

Synergologie-1La synergologie auditive est une science intéressante. Il vient peut-être, de dévoiler en une seule note sonore, le fait qu’il ferait partit d’une association, consciemment ou non, dont le vocabulaire inclus le son «ça». On pourrait parler des ONÇA ou ÇAON ou composer des acronymes  du genre A pour association, N pour nationale ou CAN, etc. Évidemment les raisonnements et conclusions de ce niveau de perception; on a pas à les prouver.

Mais des accusations en justice contre moi, oui. En principe, du moins. Ça n’a pas été fait. Le juge a accepté de donner valeur de preuve à des racontars, des faux témoignages. La justice cesse d’exister à l’instant où les principes de preuve sont négligés.

Businessman Wearing Cape --- Image by © Royalty-Free/Corbis
Businessman Wearing Cape — Image by © Royalty-Free/Corbis

Et comme les juges de la cour Supérieure du Québec ne respectent pas mes droits, et que personne n’a voulu m’aider à les faire valoir. Je m’en occuperai désormais, moi-même.

Pas toujours avec des gants blancs. Je souffre dy syndrome de Gilles de la tournette. Alors, il m’arrive d’insulter et de faire usage de gros mots. Ce qui ne devrait, en rien, m’interdire de m’exprimer.

Alors mon fils y va de la description de ce qu’il trouve de plus incohérent dans mes propos. Il déclare:

Il a attrapé un virus sur son ordinateur et crois que c’est moi qui ai piraté son ordinateur, que je change les mots en temps réel sur son blogue, que même c’est Dieu qui le fait et rit beaucoup en utilisant ce mot, ajoutant que ça a fait «sonner» des cloches en lui.

De un, un proxy ça n’est pas un virus que je lui aurais répondu si le juge Lafrenièrre avait respecté mes droits et fait ses devoirs de vérification.

religionsEt de deux, je lui aurais montré clairement qu’il ne faut jamais me ridiculiser quand je parle de mon Père, moi. Et, en même temps, j’aurais prouvé qu’il était absolument légitime et raisonnable de le croire dans les circonstances généré par les actions de ce piratage. De croire que Dieu agissait sur les caractères qui soudain s’affichaient.

Qu’une personne qui ne croit pas en Dieu, doute des actions possibles de ce Dieu inexistant, c’est logique et ça ne me pose aucun problème.

Par contre, que l’on se serve de ma croyance à moi qui considère possible d’être témoin des actions de ce Dieu existant, comme preuve d’un déséquilibre mental; là je m’oppose avec véhémence.

La charte des droits et liberté garantie ma liberté de religion et s’est plus que brimer ce droit, que de me considérer mentalement déséquilibré du simple fait que je l’exerce ce droit.

82% des habitants de la terre croient en Dieu et, ici au Québec; spécialement à Granby, spécialement dans le système de santé psychiatrique; spécialement devant nos juges, c’esy le 16% d’athée qui imposent ses non-croyances aux croyants.

a hypocriteS’ils le faisaient ouvertement, il serait facile de les mettre à leur place. Mais non. Cela se fait hypocritement, par des sourires, des regards inquisiteurs, des jugements de cour m’interdisant de jeuner par exemple, sous prétexte de protéger ma santé.

Laquelle intégrité physique, par contre; on se permet de violer à tour de bras de chimies expérimentalesm, dont on ne connait ni les modes d’action, ni les effets secondaires.

Pire! On m’interdit de parler de Dieu, de foi, de religion, comme si c’était un sujet tabou. Par contre en thérapie cognitivo comportementale on nous fait faire des méditations New Age et des mandalas bouddhiques. Si je parle de Jésus, wow, quel gros mot! Preuve d’instabilité, comme si la foi était une béquille. Celui qui croit, un infirme. Tote affirmation de principes religieux, du prosélytisme à proscrire.

TourretteAlors là, c’est Gilles de la Tourrette qui va vous appeler ma christ de gang d’hostie de débiles profonds. Croyezce que vous voulez, je m’en tabarnak. Mais ne venez pas rire de moi parce que je crois différemment de vous. Ou, me traiter avec condescendance, m’interdire tels ou tels mots ou concepts.

L’ignorance et l’athéisme sont des religions peuplés d’intégristes qui voudraient imposer aux autres leurs croyances en le néant, ou quelque concept flous.

Ce 07 octobre dernier, le fait d’avoir eu parlé de Dieu à mon fils, et le simple fait qu’il ait relaté mes paroles au juge Lafrenièrre, ça a contribué à me faire enfermer, privé de ma liberté.

Loi-Nul-n'est-sensé-ignorerAlors ce juge. Il la connait la loi, oui ou non? Alors ce juge, il l’applique la loi, oui ou non? Ça mérite la destitution que de discriminer ouvertement une personne, à cause de l’existence d’un dossier médical, de le considérer comme un sous-citoyen pour autant et de surcroit ne pas faire respecter ses droits fondamentaux, parce qu’on est soi-même inculte ou partie prenante des 16% de la population mondiale qui croit que de parler à Dieu, ou de l’entendre, c’est entretenir une relation imaginaire avec des ti-n’amis. Ça ba ti faire calvaire!

Il a le front ensuite, d’y aller de la déclaration de ses compétences en sécurité informatique. Cadre chez Bell Canada. Certifié en criminalistique informatique. Degré de certification sécurité hyper élevée ayant sous sa responsabilité les gros comptes de Bell, telles transactions bancaires et gouvernementales.

diffamationIl ne dira pas au sourd aveugle de juge Lafrenierre qu’il s’est servi de ces certifications pour tracer mes courriels jusqu’à la bibliothèque nationale de Montréal, soudoyé avec ces créances techniques et gouvernementales, la bibliothèque nationale et les forcer à dévoiler à quel poste ordinateur je travaillais, pour envoyer la police de Montréal m’y arrêter et me conduire menotté en cellule, violant ainsi les lois informatiques, ses devoirs et responsabilités de certification, faisant de Bell Canada son complice dans la commission de crimes graves, portant atteinte à mes droits à la vie privée et mes droits fondamentaux.

Je continue avec ses déclarations. Il dit que j’ai fait des déclarations comme quoi j’allais diffuser des propos diffamatoires à son sujet.

MerdeC’est faux. J’ai encore tous les textes, enregistrements audio et vidéos, en trois langues et aurais pu prouver qu’il mentait. Mais ce juge qui, soi-disant connais la loi et soi-disant l’applique (devoir) ne juge pas bon questionner, interroger, remettre en cause. Non, la famille d’une personne en santé mentale a tellement plus de valeur sociale que la personne handicapée elle-même. C’est ça, un homme juste? Un bon juge? Un homme digne et respectable?

Marc dit au juge, me connaître beaucoup. C’est totalement faux. Il ignore tout de moi et ça aussi je l’aurais prouvé. Tout passe pour du cash. Toute frime a plus de valeur que la recherche de vérité, pour ce juge, qui n’en a aucun talent.

Marc affirme que je suis un homme excessif et que je vais généralement au bout dans ce que je fais.

Je ne le suis en aucun cas.

Il fait tout simplement un choix de mot intentionnellement mensonger et parle d’excès, alors que je suis sobre depuis 26 ans, et pas seulement, au niveau alcool.

NouveauNouveau: Financement participatif

Si vous avez des questions : Serge-Carmel Bourget (450) 372-4272 ou serge.bourget@icloud.com

intense_logo_300dpi_blackJe suis un homme intense, qui va jusqu’au bout, qui ne baisse jamais les bras, efficace, habile, rusé; c’est vrai. C’est grâce à ses qualités que j’ai pu lui payer l’école privée à 1,200$/mois fin des années 70 et lui enseigner un excellent métier, et payer une bonne partie de ses études universitaires, et autres dépenses, même commerciales.

Non, mais ce Lafrennierre, il gère sa vie avec quelles valeurs intrinsèques? L’apparence, le statut social?

HydroMarc déclare craindre pour sa vie et celle de mes petits enfants, la chienne les pogne, lui et sa femme; portes barrées, lumières tout  allumées. Hydro Québec se réjouira.

Alors que je ne l’ai jamais frappé. Même pas une fois. Que je n’ai aucun dossier criminel. Et que, non, je ne suis pas un homme violent. J’ai mon style, celui que mon vécu m’a donné et je n’enfreins jamais les lois.

Le juge relève les mots «sans limites» d’un document que mon fils lui a souri à l’appui de la requête.

J’aimerais voir l’extrait choisi. Quand je dis ne pas avoir de limite, moi je pense aux limitations humaines, du genre confiance en soi, pleine réalisation de ses rêves et non pas, aller tuer mes semblables calvaires.

einstein_2_thingsJe prouverai qu’il consomme trop d’opiacés et que ça le rend paranoïaque.

Il dit aussi: J’ai toujours été une personne de confiance pour lui. Il n’y a rien de plus faux. Je n’ai jamais pu compter sur lui, hormis quelques mois où je l’ai formé en tant que frigoriste.

Il n’est fiable que pour sa matrone.

Il ose parler de confusion, alors qu’il confond caractéristique de personnalités fortes avec tueur en série. Schizophrène génie, avec Rico Loco Magnota, schizo pervers. Qui, de nous deux était paranoïaque et confus?

Reject-your-banks-rejection-of-your-PPI-claims-nowJe ne demande pas seulement la destitution de ce juge, mais aussi la radiation des avocats et psychiatres qui m’ont fait enfermer l’automne dernier. Je veux que ce soit gens soient poursuivis en justice criminelle, et pour ce faire eil me faut aussi dénoncer les manquements déontologiques de la police de Granby, qui a préféré croire ces bandits que moi, qui leurs disait la vérité.

C’est â la justice québécoise à Granby. Il faut se battre contre tout le monde, tout seul.

Je lui en aurais demandé des précisions, moi. Quelle confusion? Entre quoi et quoi, quel concept et quel autre, quelle réalité et quelle fiction?

menottesNon tout le monde dans ce foutu système d’injustice québécois, comme de ma psychiatre traitante, croient sur parole, sans jamais demander de preuve, sans respecter les droits des personnes et les fardeaux de preuves.

On dit que j’ai menacé avec une arme blanche et ce devrait être à moi de prouver mon innocence. Plus contraire que ça comme principe de justice, c’est absolument impossible. Il ne s’agit pas de petites errances en droit dont je parle, mais de violations de ses principes fondamentaux.

Contumace! Point final. Quand on connait les conséquences qu’ont eues de cette hospitalisation, on peut parler de crimes contre l’humanité.

En 10 minutes il répète 6 fois craindre pour sa vie.

Manipulation téléguidée par l’OASIS et la Dre Huppé. Ils savent ce que va retenir le juge.

MeurtrePourquoi ce foutu juge de merde n’a pas demandé le témoignage des policiers qui m’avaient rendu visite de la part de mon fils. Ils auraient dit, eux, que j’étais loin d’être confus et incohérent.

Mais non. Monsieur est un cadre Belle Canada Bank Security Level 4. Gouverne mentale à part de «ça», Hum… Mame chose…

Le juge lui demande qu’est-ce qu’il craint exactement. Il commence à répondre et après 5 mots change de sujet. C’est simple à comprendre. S’il c’était servi de sa tête ce pseudo-juge, il aurait tout de suite relevé le comportement d’évitement.

Au lieu de décrire, il «évoque» et le juge avale les couleuvres comme des pieuvres. Pardon, des preuves.

Octopus3Où sont les: (Preuves?, questions- documents) rien. De la firme. Et il gobe… «ÇA»

Il vient de lui la dire la vérité dans sa dernière phrase: «J’ai toujours gardé mes enfants loin de mon père» le «toujours» pèse plus que l’ajout en fin de phrase.

Craignez-vous des représailles physiques, lui demande-t-il, puisqu’il ne l’a qu’évoqué.

Combien de fois a-t-il besoin d’entendre une non-réponse, un évitement: pour comprendre, ce pseudo-juge?

Il dit: «Yen a pas encore fait la menace» et revient sur les atteintes à sa réputation.

Prenez 14 minutes pour écouter, le pourquoi il veut tant me faire enfermer. Que je dise publiquement que sa femme est une dominatrice de la pire espèce, et donc qu’elle le mène par le bout du nez, ça mérite qu’ils se parjurent tous. Un lynchage, ça n’est pas différent de ça. Écoutez ce que je dénonce et, jugez par vous-mêmes.

L’OASIS, les psychiatres, les avocats, la police, le juge… personne n’a demandé à entendre ce que je disais vraiment. Ces gens ont certainement des valeurs morales. Comment se fait-il qu’ils lynchent ainsi une personne, sans aucun principe de respect des droits fondamentaux ou des lois? Tout simplement par racisme, par discrimination, catégorisation, schizophrènophobie, préjugés, harcèlement criminel, maltraitance, persécution. Pensez-y! C’est exactement ce qui les habitent pour comettre de tels crimes.

NouveauNouveau: Financement participatif

Si vous avez des questions : Serge-Carmel Bourget (450) 372-4272 ou serge.bourget@icloud.com

Il sait très bien que je ne suis pas un danger physique. Je ne frappe pas les gens avec des couteaux, moi, monsieur.

child Head.Children Learn to think
child Head.Children Learn to think

Lui, sa mère, sa femme, la Dre Huppé elles, sont en train de m’enfermer avec une idéation, à laquelle le juge adhère comme un enfant. Il manque d’aplomb le monsieur.

Marc n’a cesse de changer de sujet. Il en ajoute. Parle de moyens détournés, de contacts professionnels que j’aurais essayé de subtiliser illégalement.

N’avez-vous eu aucune formation psychologique. L’évidence de la projection est tellement claire. C’est lui. Pas moi, qui fouille les traces informatiques de l’autre.

L’histoire du fameux couteau monsieur. Il l’a entendu de sa mère complice qui divague sur les souvenirs de son enfance.

Réfléchissez un peu. Il y aurait des traces, d’un tel événement. Un rapport de police, une comparution, un jugement. Il ne vérifie rien. C’est débile monsieur, un tel comportement de la part d’un magistrat et surtout, c’est illégal.

PrayerIl voit pourtant la gravité des accusations, mais au départ il m’a considéré déséquilibré parce que j’échangeais avec Dieu dans mon journal intime piraté.

Marc le manipule comme un enfant en ajoutant avant qu’il ne verbalise sa prochaine question: J’ai «VU».

Il se parjure à tour de bras et affirme sous serment être de la qualité d’un «Témoin oculaire». Il connait la force des vocabulaires de chaque discipline. C’est comme ça qu’il a été formé.

Il dit m’avoir vu défoncer des portes. Vous ne trouvez pas cela étrange, qu’il ait vu tant de choses, tant d’événements?

Ébloui, complètement subjugué, il lui suggère une réponse à sa question. «Vous attribuez ces comportements à la cessation de sa médication»?

«LÀ», Marc y va de ses compétences médicales en instillant un doute dans sa formulation; sachant très bien que le consensus psychiatrique réfute tous doute à ce sujet.

Pills-1Rappelez-vous les crimes célèbres causés par des psychotropes. La psychiatrie à affirmé, qu’au contraire d’effets primaires ou secondaires, les criminels en question, avaient sûrement omis de prendre leurs médications.

Puis, amalgame oblige; il saute sur le sujet de l’alcool. Il m’a «VU» avec ses «YEUX» (Plus téléguidé que «ça» on meurt debout) prendre de l’alcool.

Prétention d’honnêteté: il dit ne pas connaître les quantités. Autre faux témoignage. Il m’a servi une seule bière au cours des 26 dernières années et j’en ai laissé la moitié dans le verre quand j’ai quitté son temple de 26 pieds. (Salon)

Et il double la mise: (Un vrai casino ce court du Québec): sa mère,m’a aussi «VU» consommer.

Ce juge est plus aveugle et sourd qu’un POT. Elle serait forcée de se parjurer elle-même, pour dire m’avoir eu vu consommer plus de deux verres de pierre .05%. C’est pour ça qu’ils ne l’ont pas impliqué plus que ça pour l’instant, disait-il en début de témoignage.

Elle m'a rabaissé plus que quiconque sur cette terre. M'a traité de grande folle et de pédophile - C'est elle qui dit que je pourrais tuer - et mon chien sale de fils.
Elle m’a rabaissé plus que quiconque sur cette terre. M’a traité de grande folle et de pédophile – C’est elle qui dit que je pourrais tuer – et mon chien sale de fils.

Il en rajoute, et parle d’effet alcool-colère. Probablement documenté au DSM.

Parle encore de sa peur, de fréquences de soi-disant «EXPLOSIONS de VIOLENCES» de ma part.

Ça ne commence pas à vous chiffonner un peu, qu’un tel barbare n’ait pas de dossier criminel?

Et maintenant pour être certain à 666% de me faire enfermer et fermer la gueule; il y va de quelques autres parjures.

Le juge vient de lui demander à lui (quelle connerie) si j’accepterais de venir répondre à ses questions.

Il lui raconte une histoire de 2008 juste avant que le Dre huppée me prenne en charge, et lui raconte que j’avais fuis à la rue, sans avertir personne.

grande-bibliotheque-bibliotheque-et-archives-nationales-du-quebec_1La aussi, j’ai toutes les preuves du contraire. Et considérez un peu à quel point j’étais en danger, monsieur. Je passais mes grandes journées à la bibliothèque nationale, me douchait été changeait de vêtements à tous les jours, et dormais paisiblement au chaud. Ce que je lui disais en détail dans mes courriels dont il a suivi les traces serveurs illégalement au stade où il soudoie, grâce à la toute-puissance de Bell Canada, la bibliothèque nationale.

Il insiste pourtant pour répéter que probablement je viendrais. Il savait très bien que j’aurais été en mesure de répondre à toutes les questions du juge. Il m’a vu souvent discuter avec des clients de toutes sortes.

Quelle PREUVE ???
Quelle PREUVE ???

Ce qu’ils voulait tout éviter, c’était que, moi, j’en pose en arrivant devant ce cirque, si j’y avais été convoqué. Mais il n’y avait aucune chance pour que ça se produise. Tout le mon de avait préparé la pièce de théâtre. OASIS, HUPPÉ, AUTRE VERSANT, GREF et qui d’autre? Vous, juge enquêteur, vous devriez poser les questions, et même nommer un investigateur de la GRC…

Il en ajoute sur un ton enjoué, parce qu’il venait de faire ami ami avec le juge, monsieur: «Pensez-vous que je l’aurais laissé publier sur son blogue» Wow!

Quelle magnanimité dans le professionnalisme et le respect des lois internet. Il vient d’avouer pouvoir outrepasser tous mes mots de passe et effacer de mon blogue personnel, domaine privé, des documents multimédias.

Faut le faire monsieur. Plus con que, ce juge, c’est impossible. Il n’a eu qu’à flatter son besoin de briller socialement, et l’a conduit par le nez, au jugement qu’il a, ni plus ni moins, exigé de lui, comme d’une marionnette.

Et là il va briller déshonorable juge, en y allant de cette tirade magistrale: «Considérant que la preuve démontre» WOW!

Quel homme puissant il est! Jongler avec de tels concepts, «Considérant» dans son cas, c’est plus «SidérantCon»; la «preuve» oh, là il vient d’errer en droit monsieur. Il ne disposait d’aucune «démonstration».Comment juger dans de telles circonstances?

Pour le reste, le «surtout» qu’il attribue à la lettre d’appuie de la Dre Huppé, ne fait que l’impliquer dans celle collusion criminelle.

Autrement dit, sa décision était arrêtée.

Je ferai sa feuille de route, un jour.

Serge-Carmel Bourget (450) 372-4272

P.S: le principe de guérison impossible en psychiatrie est un mythe plus payant que tout ce que vous pourrez imaginer. Un Paxil coute 0.02$ à produire et se vend $132.00 pièce. Plus de cinq cent mille pour cent de profit. Pensez-y!

Kill-1

NouveauNouveau: Financement participatif

Si vous avez des questions : Serge-Carmel Bourget (450) 372-4272 ou serge.bourget@icloud.com

Published by: Vrais66

Comme pour l’Islam, la religion des Alcooliques anonymes se fonde sur trois croyances: 1) Dieu dissimulé 2) le prophète inspiré Bill 3) le gros livre; en lieu et place de Allah, Mahomet et le Coran, car bien qu’A.A. se vante de n’endosser aucune religion, l’on réfère au concept divin dès la 2e étape et affirme en 12e que le but recherché de ce mode de vie est un réveil spirituel. En soit, la spiritualité n’est pas nécessairement religieuse au sens communément reconnu, sauf que l’ensemble de la littérature A.A. pointe non seulement sur une foule de principes religieux, et plus précisément sur la religion chrétienne de dénomination catholique romaine, par la récitation d’une partie de l’Évangile de Matthieu ch 6 dans la plupart des réunions, et la proposition de la prière de st François d’Assise ailleurs dans la littérature de «Alchoolics Anonymous World Services incorporated» que l’affirmation voulant que A.A. n’endosse aucune religion ne devient qu’un pur mensonge, un affreux manque de rigueur et de malhonnêteté d’esprit. Bill, (Will Cash Wilson C.c. C.L.)

Categories SociétéLaisser un commentaire

Je vous invite è faire connaître vos commentaires.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s