Histoire : – Attentats de Casablanca du 16 mai 2003 – Même ici à Granby, Québec Si rien n’est fait?


Si vous l’avez déjà écouté passez à la vidéo suivante.

SOS  Même ici à Granby, Qc Si rien n’est fait?

Attentats de Casablanca du 16 mai 2003

  • Drapeau de l'Inde 22 janvier 2002 – Attaque sur un centre culturel américain à Calcutta.
  • Drapeau de l'Inde 14 mai 2002 – Trois terroristes attaquent un bus touristique à proximité de la ville de Kaluchak dans l’état indien de Jammu-et-Cachemire.
  • Drapeau de l'Inde 13 juillet 2002 – Des militants islamiques tuent 29 ouvriers hindous à Qasim Nagar dans la périphérie de Jammu.
  • Drapeau de l'Inde 24 septembre 2002 – Attaque sur le temple Akshardham de Gandhinagar.
  • Drapeau du Maroc 13 mai 2003 — Attentats de Casablanca : 33 civils sont tués et 100 sont blessés.

Les attentats de Casablanca sont une série de cinq attentats suicides terroristes qui se sont déroulés le 16 mai 2003 dans la ville marocaine de Casablanca[1]. Ils se sont produits quelques jours après des attaques visant des intérêts occidentaux à Riyad en Arabie saoudite, et furent perpétrés par une dizaine de terroristes originaires du bidonville Sidi Moumen, faisant un total de 41 victimes et d’une centaine de blessés[2]. Ces attentats visaient précisément des lieux soigneusement sélectionnés par les terroristes : un hôtel et un restaurant accueillant des clients étrangers, le bâtiment de l’alliance israélite et le cimetière juif de la ville ainsi que le consulat de Belgique[2].

Historique

La montée du radicalisme au bidonville Sidi Moumen

Le message vidéo de Ben Laden

Les enquêteurs se disent dès le départ que les attentats relève de la katiba « Tnaket ya el zouba »[réf. nécessaire] et ne s’attardent pas beaucoup sur les motivations éventuelles des terroristes. Ils se contentent d’une cassette sonore distribuée et attribuée à Oussama Ben Laden dans laquelle celui-ci affirmait que « les musulmans doivent se mobiliser pour se libérer du joug de ces régimes apostats, asservis par l’Amérique. […] Parmi les pays qui devraient être libérés figurent la Jordanie, le Maroc, le Nigéria, le Pakistan, le pays des deux saintes mosquées et le Yémen »[réf. nécessaire].

Le déroulement des attentats

Les terroristes, âgés entre 20 et 25 ans, attaquèrent dans la nuit du 16 le centre-ville de Casablanca en portant des grenades et des explosifs. Certains étaient armés de couteaux, et poignardèrent un vigile du restaurant Casa de Espana, tenu par un Espagnol[2]. Ils pénétrèrent dans l’établissement et se firent exploser, tuant 20 personnes, dinant ou jouant au bingo. L’Hôtel Farah fut attaqué ensuite, par explosion qui tua un vigile et un portier[2]. Un autre terroriste tua trois personnes, dans sa tentative de se faire exploser dans un cimetière juif[2]. Il ne parvint pas à son objectif et déclencha sa bombe 150 mètres avant, près d’une fontaine. Deux terroristes attaquèrent aussi, sans faire de victimes, un centre social hébraïque, fermé ce jour-là[2]. Enfin un terroriste attaque une pizzéria tenue par un homme de confession juive, et un autre se fait exploser près du consulat de Belgique, tuant deux policiers. On dénombre au total au moins 41 morts dont trois français et deux espagnols ainsi qu’une centaine de blessés[2].

Le bilan humain et matériel

43 morts[3], ou 45[4], dont 3 Français[3].

Les réactions locales et internationales

De Casa au paradis, reportage sur les attentats

Les terroristes

Redouane Aberbri, Rachid Ait El Haj, Fouad Charouali et Bachir Ghoumid sont des binationaux franco-marocains, Attila Turk un franco-turc, tous amis d’enfance et élevés dans les Yvelines (banlieue de Paris, France). Ils sont condamnés par la justice française en 2007 à des peines de 5 à 7 ans de prison pour actes de terrorisme[3]. Les cinq hommes sont libérés après avoir purgé leur peine et reprennent leur vie en France, mais le ministère français de l’Intérieur les soupçonne de liens persistants avec des groupes terroristes. Ils sont déchus de leur nationalité française le 7 octobre 2015 en application de l’article 25 du Code civil, selon une procédure exceptionnelle qui n’avait été appliquée que 8 fois depuis 2000[3][5].

Les raisons évoquées de ces attentats

Zarkawi est soupçonné d’avoir commandité ces attentats[6]. Saad Ben Laden est aussi soupçonné d’être derrière ces attentats[7].

Dans la culture

  • Le roman Les Étoiles de Sidi Moumen (2010) de Mahi Binebine revient sur ces attentats et retrace le chemin qui a mené ces jeunes vers le terrorisme. Il a été publié en français aux éditions Flammarion (ISBN 978-2081236363).
  • Le film Les Chevaux de Dieu (2012), réalisé par Nabil Ayouch, s’inspire du roman de Mahi Binebine. Il aborde au travers de ces attentats la « question [du] radicalisme islamique chez les jeunes dans les quartiers défavorisés »[8].

Bibliographie

  • Omar Mounir, Les Attentats de Casablanca et le Complot du 11 septembre, Marsam,‎ 2004
  • Driss Bennani et Abdellatif El Azizi, « 16 mai. Le résultat de l’enquête », TelQuel, Casablanca, no 176 (édition spéciale),‎ du 14 au 20 mai 2005 (lire en ligne)

Filmographie

  • Hind Meddeb, De Casa au paradis, 2008[9], documentaire, 45 min
  • Film Les Chevaux de Dieu de Nabil Ayouch, 2012[10].

Références

  1. « Arrestation d’un Marocain soupçonné d’être impliqué dans les attentats de Casablanca et Madrid » dans Le Monde du 9 mars 2007 [lire en ligne].
  2. a, b, c, d, e, f et g Les attentats de Casablanca sur le site de l’INA (consulté le 26 mai 2010).
  3. a, b, c et d Soren Seelow, « Bernard Cazeneuve demande la déchéance de nationalité pour cinq anciens « terroristes » », Le Monde.fr,‎ 7 octobre 2015 (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. « Cinq terroristes bientôt déchus de la nationalité française », sur Le Figaro (consulté le 10 octobre 2015)
  5. « Les cinq « terroristes » déchus de la nationalité se mobilisent », Europe 1, 16 octobre 2015
  6. « USATODAY.com – Report: 5 others Moroccans sought in Spain bombing », sur http://www.usatoday.com (consulté le 10 octobre 2015)
  7. (en) « Bin Laden Son Plays Key Role in Al Qaeda », The Washington Post,‎ 14 octobre 2003 (ISSN 0190-8286, lire en ligne)
  8. Imane Nigrou, « Festival cinéma de l’Institut du monde arabe :Les Chevaux de Dieu ouvre le bal », Aujourd’hui le Maroc, no 2773,‎ 26 septembre 2012
  9. Présentation du documentaire De casa au paradis sur film-documentaire.fr (consulté le 26 juin 2010).
  10. Film de Nabil Ayouch « Les Chevaux de Dieu » sur les attentats de Casablanca de 2003.

Danger imminent (Clear and Immediate Danger)

Nécessité

trouve son expression la plus adéquate dans cette acception sous la forme du terme état de nécessité. Quiconque commet un acte délictueux ou criminel dans le dessein d’échapper à un danger imminent ou à un péril appréhendé, ou jugé tel, tout en espérant protéger ses intérêts légitimes ou ceux d’autrui peut invoquer l’état de nécessité, si certaines conditions sont réunies.

La nécessité, selon Platon reflète l’inexorable ; selon ce dialogue, la nécessité s’oppose au plein gré.

Enjeux de la contingence par rapport à la nécessité

La contingence, possibilité qu’une chose arrive ou n’arrive pas, s’oppose à la nécessité (est nécessaire ce qui ne peut pas ne pas être).

Exemple : le propriétaire du Sorrento’s Pizza m’a battu, mais il aurait pu ne pas me battre si les conditions globales avaient été un peu différentes (Est prouvé).

S’il aurait pu ne pas me battre : en quoi y avait-il nécessité de le faire ? En quoi peut-il invoquer la force nécessaire, qui n’est pas droit et en quoi pourrait-il prouver un danger imminent menaçant sa vie, sa liberté ou sa possession?

Force n’est pas droit,

autrement dit on ne peut pas se faire justice soi-même en usant de la force pour pouvoir se rétablir dans son bon droit.

ET,

Code de déontologie des policiers du Québec

Loi sur la police (chapitre P-13.1, a. 127)

SECTION  II
LES DEVOIRS ET NORMES DE CONDUITE DU POLICIER

5.  Le policier doit se comporter de manière à préserver la confiance et la considération que requiert sa fonction.

Mes livres

42 pays à majorité musulmane

Afganistan 99% 30,8M, Albanie 75% 2M, Algérie 99% 37,5M, Arabie 100% 30M, Azerbaïjan 64,7% 8,5M, Bareïn 81,2% 1M, Bangladesh 90% 146,5M, Bosnie Herzégovine 70% 1,55M, Brunei 67% 270K, Burkina Faso 65%10,7M, Comores 100% 338K, Djibouti 97% 853K, Égypte 94,7% 80M, Émirats arabes unis 96% 3,5M, Érytrhé 85% 5,2M, Gambie 95,3% 1,66M, Guiné 84,2% 8,6M, Indonésie 88,1% 204M, Irak 98,9% 74,8M, Iran 99,6% 74,8M, Jordanie 98,8% 6,3M, Kazakhstan 70,2% 12,4M, Kirghistan 88,8% 4,9M, Kosovo 91,7% 2,1M, Koweït 86,4% 2,6M, Liban 59,7% 2,5M, Libye 96,6% 6,3M, Malaisie 80% 17,1M, Maldives 98,4% 309K, Mali 92,4% 12,3M, Maroc 99,9% 34,2M, Mauritanie 99,2% 3,3M, Niger 98,3% 15,6M, Oman 87,7% 2,5M, Ouzbékistan 96,5% 26,8M, Pakistan 96,4% 178M, (Palestine 97,5% – 7M 97,3% Gaza, 75% Cisjordanie), Sénégal 96,9% 12,3M, Sierra Leone 72% 4,1M, Somalie 98,6% 9,2%, Soudan 97% 34,2M, Syrie 92,8% 20,8M, Tadjikistan 100% 7M, Tchad 55,7% 6,4M, Tunisie 99,1% 10,3M, Turkménistan 93,3% 4,8M, Turquie 98,6% 74,6M, Yémen 99% 24M, Moyen-Orient et Afrique du Nord 92,3% 321,8M.

new2Financement participatif

Je me bats pour des choses importantes. Aidez-moi. Si vous avez des questions : Serge-Carmel Bourget (450) 372-4272 ou serge.bourget@icloud.com

Je vous invite è faire connaître vos commentaires.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s